Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (77) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (6) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (102) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (70) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (4) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

samedi 19 septembre 2015

Béart - Hôtel-Dieu



Ecouter sur DEEZER
Auteur/Compositeur : Guy Béart
Interprète : Henri Tachan
version chantée a cappella



Guy Béart - (1930-2015)


Hôtel-Dieu

Pour une femme morte dans votre hôpital,
Je réclame, Dieu, votre grâce.
Si votre paradis n'est pas ornemental,
Gardez-lui sa petite place.
La voix au téléphone oubliait la pitié;
Alors j'ai couru dans la ville.
Elle ne bougeait plus déjà d'une moitié,
L'autre est maintenant immobile.
Bien qu'elle fût noyée à demi par la nuit,
Sa parole était violence.
Elle m'a dit : "Appelle ce docteur",
Et lui, il a fait venir l'ambulance.
O temps cent fois présent du progrès merveilleux,
Quand la vie et la mort vont vite,
Où va ce chariot qui court dans l'Hôtel-Dieu,
L'hôtel où personne n'habite ?
D'une main qui pleurait de l'encre sur la mort,
Il fallut remplir quelques fiches.
Moi, je pris le métro, l'hôpital prit son corps,
Ni lui ni elle n'était riche.
Je revins chaque fois dans les moments permis,
J'apportais quelques friandises.
Elle me souriait, un sourire à demi,
De l'eau tombait sur sa chemise.
Elle ne bougeait plus, alors elle a pris froid :
On avait ouvert la fenêtre,
Une infirmière neutre aux gestes maladroits
- en son hôtel Dieu n'est pas maître.
Ma mère m'embrassa, sur la main me bénit,
- et moi, je ne pouvais rien dire -
En marmonnant "Allons, c'est fini, c'est fini",
Toujours dans un demi-sourire.
Cette femme a péché, cette femme a menti,
Elle a pensé des choses vaines.
Elle a couru, souffert, élevé deux petits
Si l'autre vie est incertaine.
Et si vous êtes là, et si vous êtes mûr,
Que sa course soit terminée !
On l'a mise à Pantin dans un coin près du mur.
Derrière on voit des cheminées.



Du même auteur :
C'est l'espérance folle
Couleurs vous êtes des larmes
Hôtel-Dieu
Il n’y a plus d’après
Jéhovah
Moitié toi, moitié moi
Poste restante
Vous