Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (77) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (5) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (102) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (70) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (4) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

vendredi 13 février 2015

Baudelaire - Madrigal triste



Ecouter la version chantée
interprétée par jean-Louis Murat
sur une musique de Léo Ferré
- Diffusé par DEEZER -
Ecouter la version chantée
Composée et interprétée
par Richard Ankri
- Diffusé par DEEZER -



Charles Baudelaire - (1821-1867)



Madrigal triste

I

Que m'importe que tu sois sage ?
Sois belle ! et sois triste ! Les pleurs
Ajoutent un charme au visage,
Comme le fleuve au paysage ;
L'orage rajeunit les fleurs.

Je t'aime surtout quand la joie
S'enfuit de ton front terrassé ;
Quand ton coeur dans l'horreur se noie ;
Quand sur ton présent se déploie
Le nuage affreux du passé.

Je t'aime quand ton grand oeil verse
Une eau chaude comme le sang ;
Quand, malgré ma main qui te berce,
Ton angoisse, trop lourde, perce
Comme un râle d'agonisant.

J'aspire, volupté divine !
Hymne profond, délicieux !
Tous les sanglots de ta poitrine,
Et crois que ton coeur s'illumine
Des perles que versent tes yeux !

II


Je sais que ton coeur, qui regorge
De vieux amours déracinés,
Flamboie encor comme une forge,
Et que tu couves sous ta gorge
Un peu de l'orgueil des damnés ;

Mais tant, ma chère, que tes rêves
N'auront pas reflété l'Enfer,
Et qu'en un cauchemar sans trêves,
Songeant de poisons et de glaives,
Eprise de poudre et de fer,

N'ouvrant à chacun qu'avec crainte,
Déchiffrant le malheur partout,
Te convulsant quand l'heure tinte,
Tu n'auras pas senti l'étreinte
De l'irrésistible Dégoût,

Tu ne pourras, esclave reine
Qui ne m'aimes qu'avec effroi,
Dans l'horreur de la nuit malsaine,
Me dire, l'âme de cris pleine :
" Je suis ton égale, Ô mon Roi ! "