Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (77) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (6) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (6) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (104) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (8) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (71) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (5) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

vendredi 19 décembre 2014

Supervielle - Mouvement



Ecouter la version chantée
Interprétation : Martine Caplanne
Composition : Martine Caplanne
- Diffusé par DEEZER -



Jules Supervielle - (1884-1960)


Mouvement

Ce cheval qui tourna la tête
Vit ce que nul n’a jamais vu
Puis il continua de paître
A l’ombre des eucalyptus.

Ce n’était ni homme ni arbre
Ce n’était pas une jument
Ni même un souvenir de vent
Qui s’exerçait sur du feuillage.

C’était ce qu’un autre cheval,
Vingt mille siècles avant lui,
Ayant soudain tourné la tête
Aperçut à cette heure-ci.

Et ce que nul ne reverra,
Homme, cheval, poisson, insecte,
Jusqu’à ce que le sol ne soit
Que le reste d’une statue
Sans bras, sans jambes et sans tête.



Du même auteur :
Celui qui
Dieu crée la femme
Hommage à la Vie
Mouvement
Oublieuse mémoire
Plein ciel
Pour un poète mort
Vivre encore