Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (77) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (9) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (5) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (5) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (102) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (6) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (70) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (4) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

jeudi 23 octobre 2014

Vigneault - La complainte


     L'interprétation de Jacques Marchais



Gilles Vigneault - ( 1928-)


La complainte

N'en veuillez pas à ma complainte
Qui m'est venue de l'air du temps
Plus vieille que moi de vingt ans
C'est dans ma tête qu'elle tinte
Depuis longtemps je l'eus reconnue entre maintes

Elle est de quand j'aurai dans l'aile
Le plomb qui vous aura déplu
De quand vous ne m'aimerez plus
Mes amis qui m'êtes fidèles
Quand j'aurai eu ma part de retour d'hirondelles

À vivre demain tout de suite
Cela me fait peu d'aujourd'hui
Si je m'attarde au bord d'un puits
À boire trop peu et trop vite
Une eau qui fuit c'est que ma course est bien petite

Je ne sais ce qu'il vous en semble
Mais nous aurons touché du doigt
La surface des autrefois oui ne nous ont pas vus ensemble
Et sous le toit c'est toute la maison qui tremble

À vous de parler de mon village
J'avais vu la ville à l'envers
Une île à tort et à travers
À plus de ports et plus de plages
Et l'eau et l'air et le partage des nuages

En voulant tromper ma fatigue
L'ennui la peur la nuit le froid
J'ai chaussé d'un pied maladroit
Le soulier vivant de la gigue
Ce pas de quoi se passait d'arme aussi d'intrigue

J'ai remarqué que l'or en poudre
L'argent le fer le plomb surtout
Faisaient toujours les mêmes trous
Dans les hommes longs à recoudre
Toujours debout le héros attire la foudre

J'aime à faire aussi révérence
En l'an mil neuf cent vingt qui vient
À celles dont je me souviens
Et qui me sont mes espérances
Mon quotidien et ma parole et mon silence

Souvenez-vous que je me nomme
En essayant de vous nommer
Qu'il me fut doux de vous aimer
Entre le serpent et la pomme
Mes yeux fermés regarderont naître des hommes



Du même auteur :
Berceuse du temps de la colonie
La complainte
Les corbeaux
Mon Pays
Quand vous mourrez de nos amours