Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (78) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (10) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (6) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (6) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (104) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (8) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (71) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (5) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

vendredi 20 juin 2014

Aragon - Le figuier


                Louis Aragon - Hommage - Edition : EPM 2013

Ecouter sur DEEZER
Composé et interprété
par James Ollivier



Louis Aragon (1897-1982)


Le figuier

La maison n’était qu’un nœud de ténèbres
Reviens veux-tu bien nos pas recroiser
A-t-elle toujours ses volets funèbres
L’escalier de pierre aux marches brisées

Dis tu t’en souviens de l’enclos de murs
Où les lys avaient follement fleuri
La ronce y poussait dont saignaient les mûres
Nous rêvions alors y chercher abri

J’y revois toujours ta robe légère
Repassons le seuil en vain condamné
Retrouver ici l’odeur passagère
Qui remonte à nous du fond des années

Je trace ton nom sur le figuier mâle
Qui a ce parfum des corps entr’aimés
Ton nom va grandir dans l’écorce pâle
Avec l’arbre et l’ombre au jardin fermé

Peu à peu perdant la forme des lettres
Qu’il s’écarte donc comme font les plaies
Illisible alors au passant peut-être
Ce cri de soleil dont je t’appelais

Les mots que l’on dit sur les lèvres meurent
Le sens qu’ils portaient s’éteint lentement
Il faut apprécier que rien n’en demeure
Les baisers sont seuls partis les amants

Je ne t’ai donné qu’un chant périssable
Comme était ce cœur pourtant qui battit
Ah mon triste amour mon château de sable
Les baisers sont seuls les amants partis