Fonction GrooveShark

Cliquer sur un auteur pour lire et entendre chanter ses textes

Apollinaire Guillaume (34) Aragon Louis (61) Banville Théodore de (24) Baudelaire Charles (78) Beart Guy (8) Belleau Rémy (4) Beranger (10) Berimont Luc (9) Bourget Paul (6) Brassens Georges (40) Brel Jacques (10) Bruant Aristide (5) Cabrel Francis (5) Cadou René-Guy (12) Carco Francis (7) Carême Maurice (7) Caussimon Jean-Roger (6) Chateaubriand (4) Claudel Paul (9) Cocteau Jean (6) Coppée Francois (10) Corbière Tristan (8) Corneille (4) Couté Gaston (18) Cros Charles (16) De Baïf (4) Desbordes-Valmore Marceline (18) Desnos Robert (16) Dimey Bernard (12) Du Bellay Joachim (6) Eluard Paul (25) Ferré Léo (6) Florian Claris de (7) Fort Paul (12) Gautier Théophile (28) Genet Jean (4) Gerard Rosemonde (4) Haraucourt Edmond (5) Hugo Victor (104) Jacob Max (8) Jammes Francis (7) La Fontaine Jean de (27) Labé Louise (8) Laforgue Jules (4) Lamartine Alphonse de (19) Leclerc Félix (6) Leconte de Lisle (19) Mac Orlan Pierre (6) Machaut Guillaume de (9) Malherbe Francois de (4) Mallarmé Stéphane (6) Marot Clément (28) Mendès Catulle (6) Musset Alfred de (28) Nerval Gérard de (22) Noailles Anna de (6) Nougaro Claude (6) Orléans Charles d' (17) Peguy Charles (7) Pisan Christine de (4) Prévert Jacques (26) Queneau Raymond (8) Racine Jean (4) Radiguet Raymond (4) Regnier Henri de (6) Richepin Jean (9) Rilke Rainer Maria (8) Rimbaud Arthur (40) Ronsard Pierre de (71) Rostand Edmond (6) Saint-Amant (5) Samain Albert (10) Silvestre Armand (11) Souchon Alain (4) Soupault Philippe (6) Sully Prudhomme (16) Supervielle Jules (8) Toulet Paul-Jean (5) Trenet Charles (5) Verhaeren Emile (5) Verlaine Paul (65) Vian Boris (6) Vigneault Gilles (5) Villon Francois (22) Vilmorin Louise de (5)

samedi 27 octobre 2012

Aragon - J'arrive où je suis étranger


        Non seulement Aragon était étranger à Sarrebruck
        mais il était même soldat d"une armée occupante


Ecouter la version chantée
Composé et interprété
par Jean Ferrat
- Diffusé par DEEZER -



Louis Aragon (1897-1982)


J'arrive où je suis étranger

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon

Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux

Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus

Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps

C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie

C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux

O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger



Du même auteur :
Au bout de mon âge
Blues
C (J'ai traversé Les Ponts de Cé)
Carco (Celui qui s'en fut)
Chagall
Chanson noire
Dans le silence de la ville
Elsa
Elsa mon eau vive
Enfer-les-Mines
Epilogue
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Il faisait si beau ce matin
Il n'aurait fallu
Il n’y a pas d’amour heureux
J'entends, j'entends
J'arrive où je suis étranger
Je chante pour passer le temps
Je proteste
L'Affiche Rouge
L'étrangère
La porte d'Elvire
La rose du premier de l'an
La rose et le réséda
Le conscrit des cent villages
Le feu
Le figuier
Le malheur d'aimer
Le tiers chant
Les feux de Paris
Les larmes se ressemblent
Les mains d'Elsa
Les oiseaux déguisés
Les poètes
Les yeux d'Elsa
Lorsque s'en vient le soir
Maintenant que la Jeunesse
Marguerite Marie et Madeleine
Meinert Hobbema
Nous dormirons ensemble
Odeur des myrtils
On voit des marquis sur des bicyclettes
Paris 42
Que serais-je sans toi
Richard II Quarante
Rire et pleurer
Robert Le Diable
Santa Espina
Second intermède
Tu avais beau faire
Tu n'en reviendras pas
Un air d'octobre
Un grand champ de lin bleu
Un homme passe sous la fenêtre...
Un jour j'ai cru te perdre
Un jour un jour